Histoire de la commune

La fondation de Monferran, sous forme de « castrum » remonte probablement au début du XIIIe siècle, par un paréage entre le collège de chanoines de Saint-Étienne de Toulouse (ou « chapitre cathédral ») et le seigneur Bernard 1er de Marestaing. Un paréage est contrat de droit féodal, par laquelle un seigneur, ici Bernard de Marestaing, offre sa protection contre la moitié des revenus des vassaux. Des droits, coutumes et usages sont alors accordés aux habitants du lieu, parmi lesquels les serfs étaient semble-t-il majoritaires. Monferran est alors appelé Monferran-Cogotois, du nom de la vicomté dominée par la famille de Marestaing. Le petit village de Garbic, également un castrum médiéval, est fondé à la même période. Situés sur le le chemin de Saint-Jacques de Compostelle – aujourd’hui GR653, Via Tolosana / voie d’Arles – Monferran-Savès et Garbic offrent une halte aux pèlerins. On trouve alors à Monferran-Savès des artisans, des marchands et semble-t’il un petit hôpital. Trace de cette histoire, la commune de Monferran-Savès dispose aujourd’hui de commerces, toujours appréciés par les marcheurs de Saint-Jacques, et du foyer « Les Thuyas » pour adultes en situation de handicap.

Le blason